Reportage : Connaitre le SurfCasting !

Reportage : Connaitre le SurfCasting !

Gérard Privat pratique le surfcasting depuis de nombreuses années, il s’est occupé d’une école de pêche, à créer le club de surfcasting de la Grande Motte et effectué plus de 20 ans de compétition. Autant vous dire qu’il connait cette technique sur le bout des doigts ! A travers ce petit article, il va vous enseigner les bases, qu’est-ce que le Surfcasting ? Le matériel utilisé ? Et il survolera, les montages et les appâts dans lequel nous rentrerons plus en détail lors d’autres articles.

la peche en surfacasting, sur le bord de plage !

 

Le Surfcasting : Mot anglais signifiant : surf= vague, casting=lancer. Autrement dit : lancer dans la vague. Hors, le terme exact, serait plutôt pêche en bord de mer. On ne pêche pas uniquement lorsqu’il y a de la vague, on peut très bien pêcher par mer calme.
Nous avons deux types de pêche en surfcasting, le surf light et le surf lourd.

Surfcasting Light : En ce qui concerne le light, le matériel est constitué d’une canne d’une longueur comprise entre 4m et 4m20 et d’une puissance allant de 60 à 120 gr, équipée d’un moulinet assez léger et de bonne contenance. Le surf light est plutôt consacré à ce que l’on appelle du surf itinérant. En termes de matériel, on s’équipe le plus léger possible car on se déplace le long des plages pour trouver le poisson. Une fois celui-ci trouvé, on reste sur place et si les prises se font rares, on se déplace à nouveau. Dans ce style de pêche, on aura du fil plutôt fin sur le moulinet entre 18 et 25/100 et en plomb entre 80 et 100gr.

deux types de surfacasting !
Surfcasting lourd : Comme son nom l’indique c’est une technique de pêche statique. Nous sommes équipés de cannes plus lourdes ayant une longueur comprise entre 4m20 et 5 m pour une puissance allant de 80 à 250gr, équipée de gros moulinet à forte contenance et aussi d’une caisse de pêche avec beaucoup de matériel à l’intérieur sans compter les piques ou trépieds comme support de cannes ainsi qu’un chariot pour transporter le tout. En fonction de l’état de la mer, on équipera nos moulinet en fil allant d 18 au 35 et voir 40/100 et des plombs entre 100 et 180 gr.

 

La technique de lancer : Cela dépend du pêcheur et de sa capacité. Il existe différents lancer, nous avons le lancer à la belge, canne et plomb derrière soi et lancer par-dessus la tête, puis le plomb posé, position du lanceur de javelot. Ensuite nous avons deux types de lancer en sud-africain celui à 45° et celui à 90°. La base étant le rivage, on positionne la canne à 45 ou 90° tout en ayant le plomb qui lui doit former un angle à 90° par rapport à la canne. Ensuite, nous avons le lancer pendulaire qui est plus technique où nous imprimons un mouvement de pendule au plomb. Point de vue distance, pour un lanceur moyen, cela se situera en 80 et 100m, pour les bons lanceurs, cela sera de l’ordre de 120 à 150 m et les très bons lanceurs de 180 à 200 m.
Passons aux poissons visés : Bien que nous cherchions à cibler tel ou tel poisson, le surfcasting réserve toujours des surprises et on ne peut plus dire qu’avec tel appât, nous ne ferons que tel poisson. C’est toujours pareil, cela va dépendre de la saison. En hiver, on ne fera que du loup ou bar, ensuite aux beaux jours, on peut tout aussi bien taper du loup, marbré, dorade grise (appelée griset) dorade ou daurade royale(pourquoi les deux appellations simplement que seule la daurade royale peut être écrite des deux façons).

le lancer en surfcasting, les bases
Pour les montages en surfcasting, nous utilisons généralement des montages à empiles, c’est à dire en dérivation par rapport au corps de ligne. Cela peut être constitué d’une à trois empiles. Les diamètres de celles-ci sont en fonction de l’état de la mer et peuvent aller de 18 à 40/100. La taille des hameçons est en fonction de celui de l’appât. Nous utilisons des hameçons de taille 6 jusqu’à 5 et 6/0. Sur les empiles, suivant chaque goût du pêcheur, on met des perles phospho, irisé ou autre mais nous parlerons plus en détail des montages dans un autre article.

le matériel utilisé en surfcasting est assez encombrant !

Pour les appâts, c’est en fonction de la période de pêche et du poisson recherché. Nous utilisons les vers marins, les bivalves (coquillages) ou les céphalopodes (tentacules, blanc de seiche ou calamar). Bien sûr certain appâts ont plus de succès que d’autre sur tel ou tel poissons, cela fera l’objet d’un autre article également !

Matériel de pêche ICI !

Reportage : Connaitre le SurfCasting !
Un petit vote

8 Commentaires

Laisser un commentaire