La pêche à la verticale des carnassiers

Quelques informations sur la pêche à la verticale

Importé en France lors d’une compétition, la pêche à la verticale est originaire des pays bas ! Très vite, de nombreux pêcheurs français ont compris l’intérêt et l’efficacité de cette pêche : elle se pratique avec une embarcation et l’action de pêche consiste à laisser tomber son leurre souple à l’aplomb du bateau, puis de suivre le fond au plus près avec généralement des animations lentes et douces.

La pêche à la vertciale pour les carnassiers !

La pêche à la verticale demande généralement une plombée importante afin de maintenir, quelques soient les conditions, un montage le plus proche possible de la verticale. L’utilisation d’un sondeur est plus que recommandé : son fonctionnement et sa lecture doivent être particulièrement maitrisé afin de trouver les postes propices !

Une pêche idéale lorsque l’eau refroidi et que les carnassiers regagnent le fond, les sandres sont généralement les plus réceptifs à cette technique de pêche.

 

Le matériel adapté pour la pêche à la verticale

Comme nous l’avons vu au-dessus, vous aurez besoin d’une embarcation stable avec tout le matériel de sécurité nécessaire ! L’embarcation devra être munie d’un échosondeur afin d’optimiser votre partie de pêche.

La canne verticale : Toute canne spinning ou casting peut faire l’affaire pourvu qu’elle ne soit pas trop longue (embarcation oblige). Elle ne devra pas dépasser les 2 mètres pour plus de confort. Son grammage sera compris entre 10 et 40gr (Pas de lancer donc très peu de sollicitation) avec une belle résonnance (C’est une pêche tactile). Il existe bien-sûr des modèles spécialisés pour la pêche à la verticale mais elle s’adresse aux aficionados !

Le moulinet : En verticale le moulinet n’est pas l’élément le plus important, une taille de 2000 semble le bon compromis entre légèreté et puissance.

La tresse : La tresse permettra de retransmettre au plus juste les touches et les obstacles. Elle doit être de bonne qualité sans pour autant y laisser tout votre argent … Son diamètre dépendra bien-sûr du secteur pratiqué mais en générale une tresse de 8/100 à 14/100 semble le bon compromis.

Le leurre souple : Libre choix au pêcheur, il en existe des centaines de modèles ! Adaptez votre choix au poisson recherché et à la météo du jour mais surtout à votre instinct de pêcheur !

 

L’armement d’un leurre souple pour la verticale

Comme souvent avec un leurre souple, vous l’accompagnerez d’une tête plombée d’un grammage adapté à la profondeur et au courant de votre lieu de pêche. La forme la plus utilisée pour la pêche à la verticale est certainement la « stand up » permettant de laisser le leurre tête en bas sur le fond ! Certains utilisent également des têtes plombée « sabot » ou « football jig » avec pour chacun leurs avantages et leurs inconvénients.

La pêche à la verticale est souvent l’objet de décrochés et de ratés. Le montage n’est généralement pas dans une dynamique de vitesse et cette animation en verticale ne facilite pas le piquage de l’hameçon dans de bonnes conditions. De ce fait, les amateurs de pêche à la verticale utilisent des armements plus poussés qu’une simple tête plombée traditionnelle afin d’éviter au maximum les ratés !

Avant toute chose, le montage peut-être différents suivant les pêcheurs : en effet, certains préfèreront la discrétion en passant dans le leurre alors que d’autre choisiront la facilité avec un montage autour du leurre. Le résultat est généralement le même !

Montage avec triple ventral :

Ce montage à l’avantage de pénétrer dans les cartilages plus mou de la mâchoire des carnassiers mais il a l’inconvénient d’avoir un hameçon proche du fond et donc qui peux rester coincé dans les différents obstacles du fond …

Rien de compliqué, je préfère faire passer l’avançon dans le leurre pour plus de discrétion ! L’avançon sera fixé sur un des œillets de la tête plombée et non sur la hampe de l’hameçon simple. Pour ma part, je pique un des hameçons du triple dans le leurre souple.

 

Montage avec triple dorsal :

Le triple voleur est positionné sur le dos de votre leurre souple et donc s’accroche beaucoup moins sur le fond ! Pour ce montage je laisse généralement l’avançon à l’extérieur du leurre pour plus de facilité.

 

L’action de pêche à la verticale

La pêche à la verticale est une technique simple pour le pêcheur en lui-même ! Toute la difficulté réside dans le positionnement et le maniement de l’embarcation, sur ce point un moteur électrique est fort appréciable.

Vous devez donc concilier pilotage de l’embarcation et repère GPS / sondeur ! L’idéal étant d’avoir repéré une zone avec vos points GPS et d’y suivre la trajectoire avec votre moteur électrique tout en conservant une dérive lente et régulière. Beaucoup de paramètres que vous n’arriverez peut-être pas à gérer dès la première sortie, mais une fois maitrisée la pêche à la verticale est fructueuse !

Une fois la trajectoire de l’embarcation maitrisée, il ne vous reste plus qu’à descendre votre montage et de l’animer lentement en dent de scie. Des amplitudes de 20 à 30 cm pas plus, avec des pauses plus ou moins longues. Place à l’inspiration du pêcheur : frémissements, tremblements à vous de choisir et de découvrir l’animation qui déclenchera l’attaque le jour J.

 

Une technique de pêche récente en France mais qui compte déjà de nombreux adeptes. La mise en œuvre reste assez lourde avec embarcation, sondeur et souvent moteur électrique mais le résultat est une pêche surprenante souvent à plus de 15 mètres de fond avec de jolies surprises !

La pêche à la verticale des carnassiers
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire