La pêche des céphalopodes, calamars, seiches aux leurres !

Quelques informations sur la pêche des céphalopodes

Une pêche relativement simple et qui permet de pratiquer sa passion lorsque le poisson quitte le bord à l’approche de l’hiver. La pêche du calamar ou de la seiche au leurre permet donc de retrouver quelques sensations avant de mettre sa saison de pêche en mer en standby !

La pêche du calamar au leurre

Pendant l’automne et à l’approche de l’hiver, lorsque l’eau se refroidie, des bancs de céphalopodes rejoignent la côte et particulièrement les ports afin de se mettre en chasse sur les bancs de poissons fourrage, c’est donc l’occasion de sortir sa canne à leurre pour en découdre.

Si vous débutez, recherchez les taches d’encres sur les rochers, les quais ou encore les digues. Vous n’avez rien repéré ? Pas de panique, orientez vous vers un quai ou une digue constituée d’enrochements naturels avec une profondeur immédiate et ou le courant est faible. C’est le terrain de jeu idéal pour le calamar, la seiche quand à elle ne sera pas contre un fond sableux !!!

 

Choix du matériel pour la pêche au calamar

Le matériel utilisé pour la pêche de la seiche au leurre (ou du calamar) est proche voir quasi identique à votre ensemble polyvalent de pêche au carnassier.

C’est une pêche simple lorsque le prédateur est actif, certain n’hésite pas à dire que tout marche pour les céphalopodes tant qu’ils sont là ! Cependant, avec le développement de ce marché, surtout au Japon, nous voyons arriver en France de nombreux matériels spécialisés souvent nommé Eging. Principalement des gammes de cannes spécialement conçues pour cette technique avec une action rapide et une très grande résonnance mais ne vous inquiétez pas, pour commencer et avoir quelques sensations, votre ensemble suffira !

On choisira un ensemble léger, une canne polyvalente de 10/40gr sera parfaite. Elle doit être capable de propulser facilement des leurres peu plombés à de belles distances, pêche du bord oblige. Ajoutez à cette canne un moulinet de taille 2000 à 2500, garni avec une tresse de 10 à 15/100 et c’est parti …. Enfin presque, il vous reste à choisir votre turlutte !

Choisir sa turlutte pour la pêche du calamar

Avec un fort engouement pour cette technique, les fabricants ont très vite surfés sur la vague et il commence à être très dur de faire un choix ! Il existe tous les prix, toutes les couleurs, toutes les tailles et de nombreuses marques différentes. Cependant les japonais sortent du lot et sont en avance dans le domaine. Vous trouverez des modèles simples avec des couleurs traditionnelles et des modèles plus complexe phosphorescents ou réagissant au UV !

Munissez-vous d’un choix de couleur et de poids, cela vous permettra de pêcher dans toutes les conditions et de trouver la couleur qui fait mouche le jour J. Afin de vous aiguiller un peu, voici quelques petits principes que j’applique :

  • Des coloris naturels pour la pêche en plein jour
  • Des coloris passe-partout, le rose et l’orange
  • Des coloris sombres la nuit, violet par exemple
  • Si les céphalopodes se font timides, tentez les phosphorescents et les UV, cela peut être un plus et déclencher des attaques violentes.

Pour ma part les turluttes de marques Yamashita et Yo zuri ont vraiment une longueur d’avance sur les autres marques, malheureusement leur prix est de plus en plus important, qui ne s’adressent donc pas à toutes les bourses. Un bon rapport qualité prix semble les turluttes Flashmer qui permettent de belle prise régulière.

Gamme de turlutte Yamashita ICI

Gamme de turlutte Yo-Zuri ICI

 

Animation pour la pêche du calamar au leurre

Rien n’est figé, la pêche au calamar est pleine de surprises ! Ce qui marchera un jour ne marchera pas forcément le lendemain, le plus dur est donc de trouver les calamars et ce qui déclenche l’attaque. Vous devez être en mesure de repérer facilement à quelle profondeur l’attaque ce produit car le calmar ou la seiche ce promène en banc.

Une des animations pour la pêche du calamar consiste à faire avancer votre turlutte sur le fond par de toutes petites tirettes, la turlutte réalisera de petit bond.

La technique la plus connu est le bichi bachi, une technique agressive qui consiste à lancer, laisser descendre sa turlutte sur le fond et effectuer plusieurs grands coups de scion d’affilés puis marquer une pause plus ou moins longue ! Répété l’animation autant de fois que nécessaire.

Il n’y à donc pas de règle trouver la bonne animation (lente ou rapide) la bonne profondeur et surtout les bonnes conditions météorologiques (peu de courant, pas de pluie et très peu de vent)

 

Quelques astuces pour la pêche des céphalopodes

  • La pêche de nuit est beaucoup plus productive
  • Utilisez une tresse multicolore afin de repérer la zone d’attaque plus facilement

Des atsuces pour la pêche du calamar et de la seiche au leurre

  • Ne partez pas sans épuisette
  • Les turluttes sont classées par un numéro 2, 2.5 etc. jusqu’à 4.5 cela représente beaucoup de paramètre comme sa taille, son poids ou encore sa vitesse de descente, à ne surtout PAS NEGLIGER !

Taille 1.5 : 4,5cm de longueur pour environ 3gr, Vitesse de descente = 9 secondes/mètre

Taille 2 : 6cm de longueur pour environ 6gr, Vitesse de descente = 8 secondes/mètre

Taille 2.5 : 10cm de longueur pour environ 10gr, Vitesse de descente = 4 secondes/mètre

Taille 3 : 11.5cm de longueur pour environ 15gr, Vitesse de descente = 3,5 secondes/mètre

Taille 3.5 : 13cm de longueur pour environ 20gr, Vitesse de descente = 3 secondes/mètre

Taille 4 : 14,5cm de longueur pour environ 24gr, Vitesse de descente = 2.7 secondes/mètre

Taille 4.5 : 16cm de longueur pour environ 33gr, Vitesse de descente = 2.2 secondes/mètre

  • Retenez le temps de descente de la turlutte utilisée et comptez pour arriver au fond puis au lancer suivant vous faites la même chose en enlevant deux à trois secondes etc. etc. afin de trouver la profondeur de la première attaque !!!
  • Utilisez des vêtements qui ne craignent pas, les jets d’encres sont fréquents.
  • Les attractants en spray sont un plus
  • Si vous utilisez des turluttes UV munissez-vous d’une lampe UV pour les recharger au bord de l’eau !
  • Pensez au réglage de votre frein.

Voilà, avez l’ensemble de ces informations, vous êtes prêt à affronter les monstres des profondeurs, sensations et amusant garantis lors des soirées froides d’automne et d’hiver !!! N’hésitez pas à réagir avec vos propres astuces et conseils dans les commentaires.

Le matériel pour la pêche du calamar au leurre ICI

 

La pêche des céphalopodes, calamars, seiches aux leurres !
5 (100%) 1 vote

13 Commentaires

  • Bonjour à tous; Excellent article, comme d’habitude ! Oui cette pêche peut être très “fructueuse” dans les ports, ou sur les digues et autres jetées, surtout là où il y a des lampadaires… En effet, la nuit ces “bestioles” aiment chasser sous la lumière, c’est d’autant plus de confort et de sécurité pour le pêcheur ! Concernant les turluttes Flashmer, si leur prix est très attractif, le revêtement “tissu” est vraiment léger, après 7 prises d’encornets, il était déjà partiellement déchiré… Rien à voir donc avec les marques citées plus haut !
    Après les incontournables Yamashita et Yo-Zuri, je pense que les turluttes Ikazuki de la marque Reins méritent également un “coup de chapeau”. Pour finir mon commentaire, un petit conseil : Apportez une vieille brosse à dent, c’est hyper pratique pour enlever les petits morceaux d’algues qui s’ accrochent sur le “panier” des turluttes ! Bonne pêche !

  • Bien vu , Pat , le coup de la brosse à dents ! Pour les turluttes Flashmer , qui se déchirent , j’ai une combine qui marche bien : Tu achètes une petite bombe de vernis brillant au WEL–M du coin et tu fais 3 couches sur la turlutte ! Cette a

  • Cette astuce renforce considérablement le tissu et le colle sur le corps de la turlutte . En outre , la turlutte est beaucoup moins salissante et très facile à laver avec la brosse à dents quand un calamar l’a repeinte de son encre et cerise sur le Mac Do , tu peux en profiter pour coller des paillettes dorées ou argentées sur la turlutte entre la première et la deuxième passe pour la rendre plus attractive …

  • Salut à Claude et à tous, je sais où tu as pêché cette info ! L’histoire du vernis et des paillettes…
    C’est Captaine Jack sur youtube ! Pas vrai ? Ce mec est très sympa et file de bons conseils !
    Là je crois savoir que ” ça revient ” à cause du fait que l’eau se soit à nouveau éclaircie. Pour le matos, je préfère acheter du bon, petit à petit, plutôt que des trucs qui énervent ! La pêche c’est un loisir !
    Salut Pat

  • Le coup du vernis et des paillettes , je l’ai trouvé tout seul un jour où pris de colère , j’ai arraché le tissu d’une flashmer . Vu qu’elle était encore en bon état , j’ai trouvé cette combine pour la rendre plus attractive qu’un bout de plastique blanc . Quant au vernis , je l’ai mis à l’origine pour faire tenir de la peinture orange fluo d’une bombe de traçage de chantier qui avait la facheuse tendance à partir rapidement . Je revendique pas pour autant l’ ” invention ” de cette pratique qui a dù germer dans le citron d’un grand nombre de pêcheurs – bricoleurs-bidouilleurs ! Toujours est il que ça marche pas mal du côté de Carry le Rouet / Sausset / Carro … Autre astuce , tu peux aussi coller du papier alu sur tes turluttes . Ainsi déguisées en sardines , elles ont l’aspect provoquant de tout bon appat .

  • Salut à tous, la taille 2.2 n’a pas été citée, c’est bien dommage, car l’an dernier celui qui battait tous les records dans mon ” quartier ” utilisait une Yamashita de cette taille ! A méditer donc, mais on ne les trouve pas partout !

  • effectivement, le calamar aime la couleur vive. La seiche, c’est moins important, mais le calamar, c’est juste essentiel !

  • Bonsoir, merci pour les partages.

    petit pêcheur côtier en bateau pneumatique je m’interroge quant à l’influence de la température de l’eau sur l’activité de nos céphalopodes azuréens.
    Auriez vous une info sur la température idéale de notre belle mer méditerranée pour la pratique de la pêche aux calamars?

Laisser un commentaire