Comment choisir la couleur de son leurre ?

Comment choisir la couleur de son leurre ?

Quand on débute la pêche au leurre on est souvent perturbé par le nombre de leurres présents sur le marché et on ne sait que très rarement choisir le leurre adapté au type de pêche et surtout la couleur qui fera craquer nos carnassiers d’eau douce comme de mer.

Chacun y va de sa petite idée : pour certains les poissons ne voit qu’en noir et blanc, pour d’autres ils perçoivent très bien les couleurs ! Mais qui a donc raison ? Je n’ai malheureusement pas la science infuse, mais d’après différents reportages de presse mais aussi vidéos, les scientifiques s’accorderaient à dire que les poissons distinguent les couleurs au même titre que nous ! Mais avec une qualité un peu moins poussée : en effet de par la forme de leur cristallin, les poissons auraient une vision plutôt floue à grande distance mais qui deviendrait beaucoup plus nette à faible distance.

Choisir la couleur de son leurre avec quelques principes

Bien sûr différents facteurs sont à prendre en compte, la clarté de l’eau jouera un rôle important tout comme le moment de la journée (matin, midi, soir) ou encore le temps (nuageux, ensoleillé etc.).

De manière général, on s’accorde à dire que le rouge et le orange sont les couleurs se voyant le moins dans les profondeurs de l’eau. Il est donc important de les utilisez pour les leurre de surface ou les leurres nageant proche de celle-ci.

Les couleurs bleu et verte gardent leur pouvoir attractant même dans de grandes profondeurs, a privilégiez donc pour les grands fond en mer ou en lac.

Le sandre lui se préoccupe principalement des vibrations et des remous provoqués par votre leurre, on peut donc dire que toutes les couleurs peuvent fonctionner sur ce poisson.

 

Mais alors que pouvons-nous en déduire ?

Toutes les couleurs peuvent fonctionner mais si certaines tirent leur épingle du jeu suivant les conditions du jour ! Le pêcheur est humain et lorsqu’il présente un leurre, lui apportant des prises régulières, il se dit très vite que la couleur y est pour quelques choses. Certes … Peut être que certains jours cela marchera mais n’oubliez pas qu’il est important de changer de couleur afin de trouver celle du jour, ne vous enfermez pas dans vos idées reçues !

l'oeil du poisson, comment choisir la couleur de son leurre

Un petit résumé :

* Le rouge et orange pour la surface

* Le bleu et vert pour les profondeurs mais aussi la surface !

* Le blanc, plutôt passe partout je le recommande fortement.

* Les couleurs fluo, idéal pour prospecter le fond.

* Les translucides idéal en surface lorsque le soleil tape !

Des principes de bases qui peuvent très vite être bousculés. J’ajouterai pour finir que lorsque le poisson est agressif et défend son territoire les couleurs flashy fonctionneront à l’inverse le poisson timide, méfiant restez sur du naturel, imitant le type de nourriture du poisson recherché !

Un petit vote

6 Commentaires

  • Le sujet des couleurs de leurres est passionnant et chacun y va un petit peu de son avis et de son expérience sur la question. Personnellement je suis persuadé que les couleurs ont une grande importance, je l’ai remarqué assez souvent, des jours où telle couleur rapporte beaucoup de touche alors que le même leurre dans d’autres couleurs n’en rapporte pas une seule. Pour moi le rôle de la couleur dans l’efficacité d’un leurre est quelque chose d’évident.
    Là où je suis plus réservé c’est quand il s’agit de dire telle couleur pour tel poisson, telle température d’eau, telle profondeur…
    Je pense que scientifiquement on doit pouvoir déterminer quelle couleur se voit le mieux par telle espèce dans telles conditions… et en dégager des règles générales. Mais je crois qu’on confond souvent la recherche de la couleur que le poisson voit le mieux et la recherche de la couleur qui le poussera à attaquer. Je ne suis pas du tout sûr que ça soit la même chose.
    En effet une couleur à fort contraste (donc très « visible ») est généralement assez éloignée de celle des proies habituelles de nos carnassiers qui jouent plus sur du mimétisme… donc pas « naturelle ». Ok, elle se repère bien mais elle peut également éveiller les soupçons du carnassier.
    Au contraire, le choix d’une couleur très peu visible peut être considéré comme un atout dans certaines situations. Le fait qu’un carnassier détecte un leurre, le perde de vue, le revoit à nouveau puis le perde encore… peut le forcer à attaquer de peur de perdre sa proie, alors que si on lui proposait un leurre bien visible, il se contenterait peut être de le regarder passer ou de le suivre sur quelques mètres…
    Bref, je pense qu’on peut trouver des règles pour déterminer la couleur qui se voit le plus, mais que pour trouver celle que les poissons voudront manger, on en revient toujours au même, il faut en essayer plusieurs.

  • Salut Nicolas !

    Je pensais bien susciter quelques réactions avec ce petit rappel ! Et je suis complètement d’accord avec toi, une couleur fonctionnera un jour et peut-être pas le lendemain, tous comme elle peut fonctionner sur un type de poisson et pas sur un autre !

    La seule grande solution à mes yeux, une caisse de pêche plutôt bien fourni et un peu d’expérience sur le spot pêché !

  • Bonjour Laurentin

    Je pense que l’on c’est mal compris ! En effet la couleur ne disparait pas, mais la distance pour la voir n’est pas la même en effet la propagation des ondes est différente suivant la couleur et donc le rouge ne se voit pratiquement plus a 5m de distance par rapport à du bleu pouvant être visible a 50m !

    C’est le même problème que rencontre les photographes aquatiques !

    De plus le poisson ce guide aux vibrations, mais le coup de gueule se fait au visuel, d’où l’importance des couleurs. Mais c’est un éternel débat !

  • Salut a vous ! Je’ai lu vos commentaires et je me demandais si vous aviez deja peches avec des leurres de couleurs comme imitation truite ou vairon dans quel niveau d’eau les classeriez-vous?

Laisser un commentaire